Celui que tout le monde (ou presque…) attendait !

19/05/2021

À moins que ce ne soit celui que plus personne n’attendait vraiment… Voilà un texte dont les nombreux avatars auront marqué les esprits, tout comme cette habitude prise de paraître le jour même de son application.

C’est officiel donc ! La reprise des activités d’enseignement artistique est possible à l’exception de « l’art lyrique en groupe » et, pour une partie des majeurs, de la danse.

La formulation du célèbre 6ème alinéa de l’article 35 est limpide :

« Les établissements d’enseignement artistique mentionnés au chapitre Ier du titre VI du livre IV de la deuxième partie du code de l’éducation et les établissements d’enseignement de la danse mentionnés au chapitre II du titre VI du livre IV de la deuxième partie du code de l’éducation sont autorisés à ouvrir au public, pour les seuls pratiquants professionnels et les formations délivrant un diplôme professionnalisant, et les établissements mentionnés à l’article L. 216-2 du code de l’éducation sont autorisés à ouvrir au public pour l’accueil des élèves inscrits dans les classes à horaires aménagés, en série technologique sciences et techniques du théâtre, de la musique et de la danse, en troisième cycle et en cycle de préparation à l’enseignement supérieur. Ces établissements et ceux de l’enseignement artistique relevant du spectacle vivant et des arts plastiques sont autorisés à accueillir des élèves dans les autres cycles et cursus, sauf pour la pratique de l’art lyrique en groupe et, s’agissant des majeurs, la pratique de la danse »

Cette dernière phrase permet d’englober l’ensemble des structures, indépendamment de leur catégorisation en tant qu’ERP.

L’article 45 dispose, quant à lui, que les salles d’auditions, de conférences, de projection, de réunions, de spectacles ou à usages multiples, relevant du type L […] peuvent accueillir du public entre 6 heures et 21 heures, à condition de respecter les conditions suivantes :

1° Les personnes accueillies ont une place assise ;
2° Une distance minimale d’un siège est laissée entre les sièges occupés par chaque personne ou chaque groupe jusqu’à six personnes venant ensemble ou ayant réservé ensemble ;
3° L’accès aux espaces permettant des regroupements est interdit, sauf s’ils sont aménagés de manière à garantir le respect de l’article 1er ;
4° Le nombre de personnes accueillies ne peut excéder 35 % de la capacité d’accueil de l’établissement et 800 personnes par salle, sauf pour […] les groupes scolaires et périscolaires et les activités encadrées à destination exclusive des mineurs.

La dérogation pour le port du masque fait donc sa réapparition dans cet article :

Sauf pour la pratique d’activités artistiques, les personnes de plus de onze ans accueillies dans les établissements mentionnés par le présent article portent un masque de protection. La distanciation physique n’a pas à être observée pour la pratique des activités artistiques dont la nature même ne le permet pas.

Les déplacements à destination ou en provenance des établissements ou services d’accueil de mineurs, d’enseignement ou de formation pour adultes mentionnés aux articles 32 à 35 du présent décret sont possible en période de couvre-feu.

Mais au fait, tout cela nous le savions déjà !

17 commentaires

Delphine Pascault

Merci à vous pour cette veille et analyse.

Merci Nicolas!
Bises,
RL

Bonjour
Merci pour vos lectures éclairantes
J’ai pour ma part toujours un flou sur le chant choral en pratique amateur adulte qui selon moi n’est pas de l’art lyrique
Personne ne semble (sauf erreur avoir tranché) avoir tranché
Serions nous hors la loi ce soir en répétition ?
Merci encore

Nicolas Stroesser

Comme évoqué dans un des précédents billets, cette ambiguïté qui tient à l’absence de définition de ce que recouvre exactement « l’art lyrique » est source, depuis de longs mois, de beaucoup de confusions.
Nous nous trouvons confrontés à une situation ubuesque où un orchestre d’harmonie (avec des musiciens adultes sans masques) peut reprendre, alors qu’un chœur d’adultes (qui peuvent être masqués) ne pourrait rependre son activité avant le 1er juillet… Vous faut-il profiter de cette ambiguïté (de façon responsable quant aux mesures prises) ?
Pour mémoire (01) :
 » A partir du 9 juin, pourra reprendre l’enseignement de la danse sans contact pour les élèves majeurs et à partir du 1er juillet, l’enseignement de la danse reprendra pleinement, y compris avec contact, ainsi que le chant lyrique en pratique collective ; il n’y aura donc plus de restriction à partir de cette date ; voilà le calendrier dans les conservatoires et dans les lieus d’enseignement » R. Bachelot, 6 mai 2021

Pour mémoire (02) :
Guide du MCC, page 60
Pratique vocale non professionnelle possible si distance radiale pour les ensembles vocaux : 2 mètres
Le port du masque est obligatoire pour le chant choral, individuel et en formation musicale

Qu’appelle-t-on « chant choral individuel » ? … non so !

Hervé Rémond

Faute de pouvoir s’appuyer sur de nouveaux schémas d’orientation pédagogique, l’enseignement artistique se jette sur régulièrement depuis plus d’un an sur l’article 35 de la loi d’urgence sanitaire afin de savoir que faire ou ne pas faire… Vivement que l’on passe à autre chose, mais bien évidemment merci pour ces analyses indispensables !

Sylvie Chabert

on ne l’attendait effectivement plus…
Merci Nicolas!

Merci beaucoup pour ce partage et bon courage à tous !!!

willy fontanel

C’est fabuleux….

Enfin!!! Vieux motard que jamais …. merci infiniment pour cette veille, c est une aide précieuse

Merci pour vos articles qui nous sont d’une grande aide.
Tous les points semblent très clair pour la reprise de nos activités, à l’exception, il me semble, des pratiques collectives amateurs adultes en lien avec les EEA ou les structures associatives. Pourriez-vous nous éclaircir sur ce point? Merci infiniment !

Nicolas Stroesser

Pour ce qui concerne les pratiques amateurs, la ministre a également indiqué qu’elles « pourront reprendre en fonction de l’ouverture des lieux ; pour les répétitions, les protocoles sont déjà existants. Pour se produire en public [ce sera] selon les règles applicables au spectacle vivant. Il n’y a pas de raison de faire deux poids deux mesures selon qu’une pratique est, je dirais, de nature « commerciales » et une pratique de nature amateur ou bénévole ».
(Audition devant la commission Culture de l’Assemblée nationale du 6 mai).
Le décret du jour ne parait pas infirmer ces (ses) propos…

Nicolas JURET

Merci infiniment pour votre veille juridique tout au long de cette crise sanitaire !
Comment interprétez vous la dérogation du port du masque : dispense pour toutes les pratiques artistiques ou simplement pour les instruments à vents.
Par contre port obligatoire pour le chant, la FM et l’Art Dramatique ?
Merci encore !!

Nicolas Stroesser

Interprétation, dites-vous fort justement !
Vous l’aurez compris, ce blog vise iniquement à partager de l’information pour, modestement et si besoin, apporter une aide à la décision.
Il y a tant et tant de paramètres à prendre en compte, on l’a vu, qu’il ne peut y avoir de réponse univoque.
C’est du reste pour cela, probablement, que cette situation est si difficile à vivre pour nous tous !
« Face au réel, ce qu’on croit savoir clairement offusque ce qu’on devrait savoir… »
Gaston Bachelard, La formation de l’esprit scientifique.
Une phrase ô combien emblématique, je trouve, de la période que nous traversons !

Ferrand Cooper

Merci Nicolas. Concernant les répétitions amateurs en ERP L, ce qui n’est pas (plus) interdit est autorisé.
A lire le décret, les pratiques associatives sont possibles en respectant la jauge à 35%, les participants assis, le masque, etc.
Et par extension (art 47), la pratique chorale dans les église peut appliquer le même dispositif.
Enfin, la pratique dans un établissement sportif de plein air est également possible, sans mention de la position assise…
La spécification « art lyrique collective » concerne les pratiques en établissement d’enseignement artistique, pas le reste du texte du décret.
Au delà de l’aspect réglementaire, la situation appelle à la plus grande prudence et responsabilité.

Bonjour Nicolas

Merci infiniment pour ce blog et toutes les richesses que l’on peut y trouver.

J’ai un peu de mal cependant à interpréter ce qui concerne la pratique de « l’art Lyrique ».
Une chorale (adultes et enfants) amateur (interprétant rarement des airs d’opéra) est-elle considérée comme une pratique d’art lyrique ou non?

Merci pour votre réponse

Bonsoir Nicolas
Il y a effectivement un grand flou artistique autour de ce terme « chant lyrique « 
Chacun donne son interprétation mais concrètement peut-on reprendre la chorale d enfants ? Il me semblait qu’il n’y avait que les chœurs d adultes mixtes qui ne pouvaient pas reprendre mais en pratique je ne sais plus
Heureusement dans mon école c est le lundi et lundi 23 c est férié……. cela me laisse le temps d avoir votre interprétation 😊😉
Bien musicalement
Bénédicte

Nicolas Stroesser

Cette infographie pourra vous apporter des éléments :
https://bit.ly/2RB8FxL
Ainsi que cette page du site À Coeur Joie
https://www.choralies.org/information-covid19?fbclid=IwAR2ydxhdzrB4aqIKh53euW4AJ4fJMXCbGY6mFxNyJPqNTWEIp5CELw5uADw

Laisser un commentaire