Les théâtres, des lieux deux fois plus sûrs que les supermarchés !

19/02/2021

Voilà une étude qui tombe à pique et qui pourra peut-être permettre à la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, d’aller au-delà de la seule perspective d’une réouverture prochaine des musées, ce qui, pourtant, serait déjà une excellente nouvelle !

Cette étude, qui relève plutôt d’un modèle d’appréciation du risque d’infection dans des lieux donnés, repose sur l’analyse de la transmission par aérosols à partir de données qu’offre aujourd’hui une meilleure connaissance des doses de particules émises et dont on peut penser qu’elles influent le « R effectif ». Cet indicateur de circulation du virus Ro correspond à son taux de reproduction de base. Dit autrement, ce chiffre permet de mesurer le nombre de personnes qui peuvent potentiellement être contaminées par un individu infecté par un virus, quel que soit ce virus1.

Elle a été réalisée par Martin Kriegel, médecin en immunobiologie et directeur de l’Institut Hermann-Rietschel (Université technique de Berlin) et Anne Hartmann, ingénieure et associée de recherche. 

Rappelons qu’au plus fort de l’épidémie, à la fin du mois de mars 2020, ce Ro était de 3, ce qui signifie que chaque personne infectée pouvait transmettre le virus à environ 3 autres personnes. Actuellement et bien que l’épidémie reste à un niveau très élevé du fait, notamment, de la présence des nouveaux variants dont on sait qu’ils sont plus contagieux, le R effectif est en-dessous de 1, selon Santé Publique France2.

En se basant sur une valeur de référence fixée à 1 et qui correspond par convention à l’exposition dans un supermarché avec masque, les auteurs de cette étude montrent que les théâtres, musées et opéras sont les lieux publics les plus sûrs avec un taux de 0,5 lorsque la jauge de remplissage est à 30% (0,6 lorsque la jauge est à 40%), soit deux fois qu’un supermarché ou qu’un restaurant rempli à 25% ! Selon les responsables de l’étude, il s’agit des seuls endroits publics où les participants restent globalement silencieux et où la distanciation est bien respectée.

A noter également que les lycées sont en tête du classement…

Pour aller plus loin, voici la traduction française de la synthèse de cette étude.

Ce tableau qui est très explicite en est extrait :

Dans une interview accordée au Spiegel, le professeur Martin Kriegel invite le monde politique à prendre en considération ces résultats : avec « des procédures d’hygiène bien pensées et cohérentes, certains lieux publics pourraient être rouverts. Et […] dans d’autres situations, il est nécessaire de réduire encore davantage les contacts. »


Cet article est mis à disposition selon les termes de la licence http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/deed.fr (Attribution / Pas d’utilisation commerciale / Partage dans les mêmes conditions)

  1. À titre de comparaison, le R0 de la rougeole est de 16 et celui de la gastro-entérite est de 17 !
  2. Pour le calculer, SPF s’appuie sur trois types de données : données virologiques (tests), hospitalisations et passages aux urgences et distinguent ces trois taux qui varie légèrement entre eux et, bien évidemment, entre régions.

1 commentaire

Jean-Pierre Baston

C’était une évidence, sauf vraisemblablement pour ceux qui nous gouvernent. Pendant ce temps le spectacle, dont les concerts, se meurt…

Laisser un commentaire