Décret du jour, rien ne change, pour le moment, du côté des conservatoires

28/11/2020

L’enchaînement est désormais bien connu depuis le mois de mars. Le Président s’exprime à intervalle régulier, son Premier ministre vient ensuite préciser les conditions de mise en œuvre des annonces de l’Élysée, lesquelles sont alors traduites sur le plan réglementaire dans les versions successives du fameux décret « prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire ».

La fin annoncée (le 24 novembre) du deuxième confinement qui est assorti de la mise en place d’un nouveau couvre-feu permet d’envisager la réouverture de certains lieux, dans le cadre d’un allégement des mesures de restriction en trois phases :

  • à partir du 28 novembre 2020 : assouplissement des déplacements, réouverture des petits commerces ;
  • à partir du 15 décembre 2020 : fin envisagée du confinement, mise en place du couvre-feu, reprise des activés extrascolaires en salle — sont ici concernés les conservatoires — et des salles de cinéma, de spectacles et des musées ;
  • à partir du 20 janvier 2021 : réouverture des restaurants, réouverture totale des lycées, les universités suivront 15 jours plus tard.

Rappelons cependant que le passage à la deuxième et à la troisième étape est conditionné au contrôle de l’épidémie, avec un seuil maximum de 5 000 nouveaux cas de contamination par jour.

Après les 2020-548, 2020-860 et 2020-1310, voici donc publié au Journal officiel de ce samedi le décret 2020-1454 modifiant celui du 20 octobre dernier afin, notamment, de rendre possible l’ouverture des petits commerces à l’approche des fêtes de fin d’année.

Du côté des conservatoires

Pour l’heure, les dispositions mises en œuvre au début du deuxième déconfinement restent en vigueur : seule une partie des élèves — classes à horaires aménagés et troisième cycle — est autorisée à se rendre dans certains établissements — établissements relevant de l’article L. 216-2 du code de l’éducation — pour y suivre une partie de leurs cours.

Il faudra donc attendre la parution du prochain décret, d’ici quelques jours ou un peu avant le 15 décembre, pour en savoir un peu plus sur les conditions d’élargissement de l’ouverture des conservatoires et, notamment, sur d’éventuelles restrictions qui pourraient courir jusqu’au 20 janvier en fonction des spécialités et disciplines — la danse et le chant ont été évoqués — et qui ne manquent pas d’interroger, sans parler du choix du jour, un mardi, pour cette reprise éventuelle d’activité, alors que les établissements fonctionnent selon un rythme hebdomadaire…

Gageons que d’ici-là, les différentes voix qui s’expriment ici ou là soient portées par la ministre de la Culture et entendues par son Premier ministre, afin de permettre un retour homogène et, pourquoi pas, un lundi, de l’ensemble des élèves dans leurs établissements artistiques !


Cet article est mis à disposition selon les termes de la licence http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/deed.fr (Attribution / Pas d’utilisation commerciale / Partage dans les mêmes conditions)

3 commentaires

Merci une fois encore pour cet article, je pense cependant que la date du 14 ou du 15 ne changera rien : en effet, une fois le décret paru chaque Collectivité doit sortir son Plan de Reprise d’Activité qui doit être validé par son circuit désormais « habituel », ce qui fait que l’ouverture d’un établissement d’enseignement artistique ne pourra être réellement effective qu’en fin de semaine… beaucoup se diront : à quoi bon ? Autant assurer janvier plutôt que de vouloir à tout prix rouvrir avant Noël !

Bonjour,

Merci pour cet article.
Si l’ouverture des conservatoires est confirmée le 15 décembre, est-ce que ce sera uniquement pour les cours individuels ou également pour les pratiques collectives ? Cette notion n’apparaît nulle part.
Merci

Nicolas Stroesser

Il fait attendre le décret. Un nombre limité d’élèves en simultané n’est pas à exclure.

Répondre à Nicolas Stroesser Annuler la réponse.