Concours ATEA (2018) : Boîte à questions

Après la « Foire aux questions », voici ma « Boîte à questions ».

Les dossiers professionnels ayant tous été adressés aux centres de gestion organisateurs, le marathon se poursuit avec la préparation de l’épreuve d’entretien qui constitue pour le concours externe l’unique épreuve en tant que tel1 et dure en tout et pour tout 30 minutes. Deuxième épreuve de l’admissibilité du concours interne et du 3ème concours, sa durée est ramenée à 15 minutes (+ les 5 minutes d’exposé préalable).
Autant dire qu’il va falloir veiller à la concision des réponses tout autant qu’à leur pertinence !
Pour plus d’infos sur l’entretien, se référer au Vademecum2. (paragraphe 3.3, p.14) et sur cet autre billet.

Les questions qui suivent portent sur 3 domaines principaux, allant de la classe proprement dite (la discipline enseignée) au projet d’établissement (dont les enjeux relèvent des politiques publiques en matière culturelle) en passant par le projet pédagogique dont la mise en œuvre est du ressort de l’équipe pédagogique3. Elles me semblent pouvoir être posées par tel ou tel membre des jurys qui, pour mémoire, sont répartis en trois collèges égaux représentant respectivement les fonctionnaires territoriaux, les personnalités qualifiées et les élus locaux4 .

Le propos ici n’est pas de donner des réponses formatées mais de mettre en évidence des domaines sur lesquels les candidats pourraient être interrogés. Il leur appartient de formuler leurs réponses en adéquation avec ce que sont leurs convictions, tout en prenant en compte leur environnement professionnel et son évolution.

Hormis les quelques questions relevant de la connaissance de l’environnement territorial et professionnel, il n’y a donc pas, à proprement parler, de « bonnes ou mauvaises réponses« . Pour autant, « bien répondre » est indispensable et renvoie à une multitude de paramètres que le format de ce billet ne permet pas de développer. Toutes celles et ceux que j’ai eu plaisir à croiser dans les formations savent bien ce qu’il en est !

100 QUESTIONS POUR BIEN VOUS PRÉPARER !
Les questions « A » correspondent à celles pouvant être posées un spécialiste de la discipline (collège des fonctionnaires territoriaux) ou une personnalité qualifiée, les questions « B » relèvent du champ administratif et les questions « C » pourraient être posées par un élu.

Remarque (10/05/2018) : Les retours (nombreux) des candidats ayant passé l’épreuve d’entretien du concours externe montrent bien que les questions liées à l’environnement territorial restent marginales (deux ou trois questions) et qu’elles correspondent parfaitement aux question de la « B ».
Ces mêmes retours confirment également et très largement la pertinence de l’ensemble des questions qui sont ici proposées.

Bon entraînement !


A45 La prise en compte du « projet de l’élève » semble être au cœur de la réflexion des équipes pédagogiques des conservatoires. A force de ne s’attacher qu’à la seule demande exprimée par les élèves, ne risque-t-on pas de passer à côté de la transmission d’un patrimoine, laquelle est aux fondements des politiques culturelles depuis André Malraux ?

A44 Le schéma d’orientation musique fait référence à la notion de « formation continuée ou complémentaire ». De quoi s’agit-il exactement ? La mettez-vous en œuvre dans le cadre de votre enseignement ?

B32 Que est le nom exact de l’instance qui dispose d’une compétence générale en matière de santé, de sécurité et d’amélioration des conditions de travail ? De qui est-il composé ?

A43 L’oralité est (et a été) de très loin la méthode la plus utilisée pour la transmission des répertoire musicaux (et chorégraphiques) dans le monde. Selon vous, pour quelles raisons le rapport à l’écrit est-il à ce point prédominant dans l’enseignement artistique spécialisé français ? Existe-t-il des alternatives à cette conception « graphocentrée » de l’enseignement ? Si oui, quels intérêts pour leur mise en œuvre et dans quelles conditions ?

C24 Élitisme et excellence : deux termes qui suscitent parfois des polémiques. Que vous inspirent-t-ils et comment prenez vous en compte cette problématique dans votre enseignement ?

B31 Le statut particulier des assistants territoriaux d’enseignement artistique indique que les membres de ce cadre d’emplois sont également « chargés d’apporter une assistance technique ou pédagogique aux professeurs de musique, de danse, d’arts plastiques ou d’art dramatique ». Pourriez-vous donner un exemple de cette assistance technique ou pédagogique ?

C23 L’intercommunalité est une nécessité aujourd’hui. Sur la Communauté d’agglomération dont je suis l’un des élus, se trouvent un CRD, 2 CRC et 4 écoles associatives. Votre directeur vous demande de l’aider dans le développement de relations entre les équipes pédagogiques de ces écoles. Que lui proposez-vous ?

C22 Existe-t-il un projet d’établissement là où vous exercez ? Selon vous, ce document est-il obligatoire ? Pouvez-vous citer deux ou trois axes essentiels contenu dans celui de votre établissement ?

A42 Quels sont vos principaux critères de choix lors de l’élaboration de votre programme de travail avec un élève ?

C21 Certains parents se plaignent du « travail à la maison » en se référant aux activités sportives de leurs enfants. Que pensez-vous de cette comparaison et comment faites-vous pour justifier cette nécessité du travail en dehors des cours de musique ?

A41 Vous êtes confronté à un élève qui souffre de troubles du comportement (autisme, hyperactivité, …) alors que la famille n’en avait pas fait part lors de son inscription au conservatoire. Comment réagissez-vous ?

C20 « Les élus » sont régulièrement cités dans les discussions portant sur les conservatoires. Pouvez-vous nous indiquer leur rôle spécifique en la matière ? Comment participent-ils concrètement à la vie de votre conservatoire ?

B30 En tant qu’agent public d’une collectivité territoriale, indiquez-nous qui (personne/fonction) est votre employeur ?

B29 Une fois inscrit(e) sur la liste d’aptitude, quelles seront les prochaines étapes pour une éventuelle titularisation ?

A40 Quel est le rôle du Conseil pédagogique ? Quelles sont les missions des coordonnateurs de département pédagogique ? Que disent les schémas d’orientation du ministère de la Culture sur ce point ?

A39 Comment est organisée la concertation entre collègues au sein de votre établissement ? Que disent les schémas d’orientation du ministère de la Culture sur ce point ?

B28 L’État participe-t-il financièrement au budget de fonctionnement de l’établissement dans lequel vous exercez ?

A38 Citez deux éléments qui ont particulièrement retenu votre attention dans le schéma national d’orientation pédagogique de votre spécialité (danse, musique ou théâtre). Pour quelles raisons ?

A37 Pouvez-vous indiquer (de façon schématique) comment est structuré l’enseignement supérieur dans le secteur de la musique (ou de la danse) ? Quels sont les principaux débouchés professionnels dans ce secteur (musique ou danse).

A36 L’un de vos élèves, âgé de 15 ans, vient de réussir brillement son examen d’instrument [ou de danse] de fin de second cycle et vous annonce vouloir faire de la musique [ou de la danse] son métier. Comment réagissez-vous et quels éléments d’information pouvez-vous lui apporter ?

C19 Vous aspirez à intégrer la Fonction publique territoriale en tant que fonctionnaire exerçant son activité au sein d’un conservatoire. Dans la commune dont je suis le Maire, une école associative existe depuis plus de 30 ans et compte 350 élèves en musique et en danse. Quels avantages/inconvénients respectifs voyez-vous dans ces deux modes de fonctionnement ?

B26 Que change la loi NOTRe pour les collectivités territoriales ? Réponse dans cette excellente infographie (Quelques chiffres ont pu évoluer depuis, mais les fondamentaux restent d’actualité).

A35 CEPI, DNOP, COP, DEM/DEC/DET, 3ème cycle spécialisé… Pouvez-vous dire en quelques phrases ce qu’évoque pour vous cet amas de sigles et à quelles problématiques ils renvoient ?

C18 La prise en compte de la diversité culturelle est au cœur des préoccupations de nombreux élus aujourd’hui. Quelles en sont les raisons et que peut faire un conservatoire en la matière ?

A34 Comment faite-vous pour assurer un bon suivi de vos élèves, tant au niveau de votre propre classe que de votre (vos) établissement(s)?

A33 Quelle place pour les élèves adultes au sein d’un conservatoire ?

B25 En tant que responsable de la médiathèque (service culturel à part entière) d’une collectivité territoriale, j’observe que lorsqu’un des agents de mon service est en congé maladie de courte durée (moins d’un mois), la règle est de répartir la charge de travail entre collègues. Une telle situation semble inenvisageable au sein du conservatoire. Pourquoi ? trouvez-vous cette situation normale ?

A32 Un professeur de danse (classique ou contemporaine) vous sollicite pour réaliser un projet commun avec une de ses classes de fin de premier cycle (15 élèves). Que pourriez-vous lui proposer ? Comment envisageriez-vous une telle collaboration ?

A31 Quelle est votre rapport au spectacle vivant en tant qu’usager ? Allez-vous au spectacle de façon régulière et, si oui, pouvez-vous nous dire quelles ont été vos deux dernières sorties culturelles ?

A30 Le morceau imposé est souvent présenté comme un incontournable lors des examens de fin de 1er et 2ème cycle. Quelle est votre position par rapport à cette question ? Qu’indique le schéma d’orientation sur ce point ?

B24 Pouvez-vous nous indiquer le montant des droits de scolarité d’un élève inscrit en 1er cycle dans votre établissement (ou l’un des établissements) d’exercice ? Existe-t-il une tarification sociale ?

B23 Savez-vous quelle est l’aire de rayonnement réelle de votre établissement (indépendamment du classement) et connaissez-vous le nombre d’habitants de la commune et/ou de l’EPCI dans lequel vous travaillez ?

C17 On parle beaucoup aujourd’hui de la mise en réseau des établissements d’enseignement artistique. A votre avis, en quoi peut consister cette mise en réseau et quels en sont les avantages ?

C16 L’établissement dans lequel vous travaillez compte un certain nombre d’élèves directement concernés par votre enseignement. Pouvez-vous nous indiquer si d’autres publics sont ou pourraient (…devraient) être concernés par vos actions ? Donnez quelques exemples concrets à l’appui de votre argumentation.

A29 Selon vous, la diffusion et l’animation de la commune (ou de l’intercommunalité) au travers de concerts et manifestations font-elles partie des missions des écoles de musique, de danse et de théâtre ?

A28 Choisir un instrument pour un enfant renvoie à de multiples facteurs. Que préconisez-vous en la matière ? Quel est l’âge idéal selon vous pour débuter l’instrument que vous enseignez ?

A27 Pouvez-vous exposer quels sont les principaux axes de votre pédagogie ? Donnez-nous deux objectifs prioritaires pour chacun des trois cycles.

A26 L’émergence de nombreux départements de musique ancienne au sein des conservatoires a permis de réinterroger les codes d’interprétations de tout un répertoire au travers d’une démarche dite « historiquement informée ». En tant qu’instrumentiste « moderne », comment abordez-vous ce répertoire avec vos élèves ?

B22 Quelles sont les missions statutaires d’un ATEAP de 2ème classe ?

C15 Favoriser le lien social est un point cardinal des politiques publiques aujourd’hui. Dans quelle mesure appartient-il à un conservatoire de prendre en compte cette dimension ? Pourriez-vous imaginer un projet basé sur une dynamique intergénérationnelle au sein de votre établissement ?

B21 De quel service dépend le conservatoire dans lequel vous exercez ?

B20 Qu’évoque pour vous la notion de cumul d’emplois publics ? Selon vous, le fait de donner des concerts entre-t-il dans le champ des règles régissant le cumul ?

C14 Pensez-vous qu’un enseignant doit être acteur du projet d’établissement de la structure dans laquelle il travaille dans sa dimension territoriale ? Si oui, dans quels domaines pourrait se situer son action ; donnez quelques exemples concrets.

B19 Les organes locaux de participation sont des organes consultatifs où s’exerce le droit à participation des fonctionnaires. Ils sont composés de représentants de la collectivité et de représentants des fonctionnaires. Ils sont au nombre de trois. Pouvez-vous les citer et décrire leurs attributions principales ?

B18 Les droits et obligations s’imposent-ils non seulement aux fonctionnaires titulaires mais aussi aux stagiaires et aux contractuels ?

A25 L’improvisation est une préoccupation largement partagée au sein des établissements d’enseignement artistique que ce soit en danse, musique ou théâtre. Selon votre spécialité, que mettez-vous en œuvre dans votre enseignement dans ce domaine ?

A24 Quels sont les principaux enjeux autour desquels s’organise l’enseignement du théâtre en premier cycle ? La question peut être élargie au cycle 2 et au cycle 3.

A23 Selon le schéma pédagogique théâtre, la sélection à l’entrée en 2ème cycle est indispensable. Quelle forme prend cette sélection dans ce même texte ministériel et comment procédez-vous au sein de votre établissement ?

C13 Ma commune finance à plus de 80% une école de musique et de danse (125 élèves danseurs classiques et contemporains) et a également sur son territoire une école de danse privée qui accueille près de 250 élèves de tous âges, dont une bonne centaine de jeunes élèves en danse classique. En tant que professeur de danse aspirant à intégrer la FPT, que vous inspire pareille situation ?

C12 De plus en plus de bibliothèques ne sont plus seulement des lieux où l’on emprunte des livres mais des lieux de vie et d’échanges. Considérant qu’elles sont « des outils inestimables pour lutter contre les fractures de notre société » Erik Orsenna préconise de renforcer leur rôle dans l’accès aux pratiques culturelles, la lutte contre l’exclusion numérique, l’aide à l’insertion (en y développant des permanences de Pôle emploi), l’éducation à la lecture (en multipliant les partenariats avec les collèges et lycées). Les élus ont de plus en plus tendance à considérer que les conservatoires constituent des lieux culturels à part entière. Partagez-vous cette analyse ? Comment pourrait s’opérer une telle mutation au sein des écoles de musique, de danse et de théâtre ?

A22 Le modèle d’apprentissage au sein des conservatoires vise à la recherche d’une forme d’excellence, qu’elle soit instrumentale, chorégraphique ou théâtrale. Faut-il défendre cette forme d’exigence et, si oui, comment la concilier avec un environnement qui fait la part belle à l’immédiateté et au « loisir » ?

A21 Solfège ou formation musicale ? Ce débat n’est pas nouveau. En tant que professeur d’instrument, où vous situez-vous dans cette problématique ? Selon vous, l’équilibre des enseignements de 1er cycle (30’ d’instrument et 1h15 à 1h30 de formation musicale – à quoi s’ajoute parfois 45 minutes de chant choral –) vous semble-t-il pertinent ?

C11 Améliorer l’accueil des publics en situation de handicap au sein des équipements culturels est une nécessité aujourd’hui. Quel regard portez-vous sur cette question et que pourriez-vous proposer dans le cadre de votre projet pédagogique pour contribuer à cet accueil ?

C10 Malgré la mise en place d’une tarification modulée en fonction du quotient familial, le public du conservatoire de ma ville relève majoritairement d’une même typologie sociale (professions libérales et employés). Comment expliquez-vous ce phénomène et que pourriez-vous proposer pour contribuer à l’élargissement du public de cet établissement ?

B17 La fusion de certaines régions est effective depuis le 1er janvier 2016. On en dénombrait 22 avant cette réforme ; Combien de régions composent la France métropolitaine d’aujourd’hui ?

B16 Quelle est la durée du mandat de l’organe exécutif d’un maire / d’un président de conseil départemental / d’un président de conseil régional ?

A20 Quelle(s) place(s) pour les parents au sein du conservatoire ?

B15 Pouvez-vous préciser en pourcentage ou en valeur absolue (€) les principaux postes de recettes et de dépenses inscrits au budget de fonctionnement du ou d’un des établissements dans lesquels vous exercez ? (Données 2017 ou budget prévisionnel 2018)

A19 L’usage veut que le jury constitué pour l’examen instrumental de fin de cycle 1 et 2 soit composé de plusieurs membres. Pouvez-vous indiquer ce que prévoie le schéma d’orientation Musique en la matière ?

B14 La loi « Responsabilité et libertés locales » du 13 août 2004 contient un article entièrement dédié aux conservatoires. Pouvez-vous dire quelles évolutions majeures étaient attendues avec l’application de cette loi ?

A18 Selon le schéma d’orientation pour la danse, l’établissement d’enseignement artistique doit être également un « lieu de ressources ». En quoi consiste ces ressources selon vous et pouvez-vous donner quelques exemples liés au(x) conservatoire(s) dans le(s)quel(s) vous exercer ?

A17 Alors que les limites d’âge ont tendance à disparaitre pour la spécialité Musique, le schéma d’orientation pour le Théâtre y fait référence de façon explicite. Pouvez-vous nous indiquer quelles sont ces limites d’âge et en expliquer les raisons principales.

B13 Le cadre d’emplois des ATEA relève de la catégorie B et celui des PEA de la catégorie A. Selon vous et d’une manière générale, quelle(s) distinction(s) peut-on établir entre ces deux catégories A et B ? Comment cela se traduit-il au niveau des enseignants ?

C09 Le budget de fonctionnement de l’école de musique de ma commune constitue le premier poste de dépense en matière culturelle. De quelle façon – hormis la mission d’enseignement spécialisé qui ne touche qu’un nombre limité d’élèves – cet équipement pourrait-il s’adresser à l’ensemble des administrés ? Illustrez votre propos avec des exemples concrets.

C08 La généralisation de l’éducation artistique et culturelle pour l’ensemble des élèves scolarisés du primaire au lycée est un objectif affiché par la ministre de la Culture et de la communication et par le ministre de l’Éducation nationale. Cela représente un énorme chantier. Selon vous, un tel objectif est-il réaliste ? quelle part les conservatoires pourrait-il prendre ? Illustrez votre propos de quelques exemples concrets que vous mettez ou pourriez mettre en œuvre à cet effet.

A16 L’école du spectateur est de plus en plus souvent mise en avant au travers des projets d’établissement. Qu’évoque pour vous cette notion et comment la prenez-vous en compte dans votre pratique professionnelle ?

B12 Tous les agents publics (titulaires ou non) ont des droits, mais aussi des obligations. Donnez-nous quelques exemples de l’une et l’autre de ces catégories.

A15 La pratique de la danse impose de venir plusieurs fois au conservatoire. Pouvez-vous indiquer quelle est la fourchette horaire hebdomadaire que préconise le schéma orientation de la danse de 2004 et préciser les principaux contenus d’enseignement du cycle 1 ? La question peut être élargie au cycle 2, voire au cycle 3

A14 Vous enseignez [telle discipline], pouvez-vous donner quelques exemples de répertoires qui pourraient être proposés pour un examen de fin de 1er cycle ? La question peut être élargie au cycle 2, voire au cycle 3

B11 Le conseil municipal règle les affaires de la commune ; pouvez-vous citer quelques-unes de ses principales attributions ?

C07 L’école de musique de ma commune emploie une musicienne intervenante qui exerce dans l’école primaire. Ne pouvant répondre à la totalité des demandes des professeurs des écoles, pensez-vous possible de solliciter ses collègues qui professeurs d’instruments ou de formation musicale pour intervenir pendant le temps scolaire. Si oui, pour quoi faire et comment ?

B10 Les enseignants des écoles de musique qui sont des agents publics territoriaux disent « avoir le droit de bénéficier des vacances scolaires ». Selon vous, le maire d’une commune peut-il exiger des enseignants qu’ils travaillent pendant une partie de cette période de congé scolaire ?

C06 Adjoint au maire d’une communauté de commune du nord de la France où la tradition des harmonies est forte, je m’étonne de voir que les jeunes élèves de l’école de musique ne sont par sur les rangs de la société de musique. Que vous inspire ce constat et avez-vous des éléments d’explication de cette situation ?

B09  Il existe deux catégories d’établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) : les syndicats intercommunaux à vocation unique (SIVU) ou à vocation multiple (SIVOM) et les EPCI à fiscalité propre (c’est à dire pouvant prélever l’impôt). Pouvez-vous citer les quatre catégories d’EPCI à fiscalité propre qui existent aujourd’hui ?

A13 La pédagogie de groupe se distingue de la pratique collective et constitue une voie possible pour l’apprentissage instrumental. Pratiquez-vous cette forme particulière et, si oui, pouvez-vous en préciser les avantages et les inconvénients éventuels ? Ce format demeure aujourd’hui minoritaire. Selon vous, serait-il souhaitable d’en étendre le principe ?

A12 Il est souvent fait référence à la notion d’autonomie dans l’enseignement artistique, dans les 3 spécialités. Pouvez-vous définir ce que représente cette notion pour vous ? En faites-vous un objectif pédagogique et, si oui, dans quels buts et avec quels moyens ?

B08 La prévention des risques au travail est l’affaire de tous les agents. Pouvez-vous nommer quelques risques professionnels liés à l’exercice du métier d’enseignant et indiquer quelles mesures de prévention doivent être proposées ? Connaissez-vous l’existence du document unique et, si oui, savez-vous si vous pouvez y avoir accès ?

A11 Il est souvent fait référence à la notion de « créativité » dans l’enseignement artistique, dans les 3 spécialités. Pouvez-vous définir ce que représente cette notion pour vous ? En faites-vous un objectif pédagogique et, si oui, dans quels buts et avec quels moyens ?

C05 Les conservatoires constituent-ils selon vous des établissements culturels à part entière ? Si oui, pour quels types de missions ? Le cas échéant, existe-t-il un « texte cadre » qui permet de préciser ces missions. Donnez quelques exemples concrets d’actions auxquelles vous avez participé ou pourriez participer dans le cadre de vos fonctions ?

B07 Le numérique est en très forte expansion au sein de l’éducation nationale (tableau blanc interactif, tablettes, voire dispositifs de classes inversées) et, en revanche, parait très peu développé au sein des conservatoires. Qu’évoque pour vous cette question et, si vous utilisez le numérique, pouvez-vous donner quelques exemples concrets et décrire l’intérêt de ces nouvelles technologies ?

C04 La Communauté d’agglomération où vous exercez gère en régie directe le conservatoire et le théâtre, deux équipements qui doivent apprendre à mieux travailler ensemble. Quel pourrait-être, à ce titre, votre rôle au sein de l’équipe pédagogique ?

B06 D’une manière générale, on peut définir la décentralisation comme étant un transfert de compétences de l’État vers une collectivité territoriale. Pouvez-vous donner quelques exemples de compétences obligatoires devant être assurées respectivement par la région, le département ou les communes et leurs regroupements ?

A10 Que ce soit pour la musique, la danse ou le théâtre, la recherche de l’excellence artistique est un objectif affiché par les conservatoires qui peut être à l’origine de tensions importantes du fait d’évolutions sociétales plus promptes à valoriser les pratiques de loisir que les enseignements de type académique. Comment prenez-vous en compte cette question dans votre pratique professionnelle d’enseignant ?

A09 À la différence des pratiques musicales « savantes » qui débutent généralement durant l’enfance, les pratiques liées aux musiques actuelles se développent au cours de l’adolescence et concernent un public plus large socialement. En tant que professeur de Musiques actuelles, comment prenez-vous en compte ces deux spécificités dans le cadre de votre projet pédagogique ?

B05  Il existe différents modes de gestion des missions de service public assurés par une collectivité. Pouvez-vous dire quel est le mode de gestion retenu par votre collectivité pour son conservatoire ?

A08 Les répertoires abordés dans les écoles de musique relèvent principalement de la musique dite classique. Selon vous, quelles sont les raisons principales qui peuvent expliquer la faible représentation de la musique contemporaine ? Qu’en est-il de votre propre pratique pédagogique (et artistique…) ?

A07 Les enseignants se présentent souvent en tant qu’artistes-enseignants. Votre dossier professionnel fait état d’une pratique artistique importante et parallèle à votre activité de pédagogue. En quoi cette pratique est-elle importante pour vous et quelle est son incidence sur votre enseignement ?

B04 Les conservatoires poursuivent des missions de service public et répondent à des demandes d’intérêt général. A ce titre, il se doivent de respecter 3 grands principes fondateurs propres à tout service public. Pouvez-vous les nommer ?

A06 On invoque souvent la « baisse de motivation » des élèves pour expliquer le fait que beaucoup d’entre eux se détournent du conservatoire à l’adolescence. Partagez-vous cette analyse et que proposez-vous pour endiguer ce phénomène qui semble récurrent ?

B03 Décentralisation et déconcentration correspondent à deux modalités d’action bien distinctes du pouvoir central (l’État). Pouvez-vous expliciter de façon succincte ce qui les différencie et donner un exemple d’un service déconcentré dans le domaine culturel ?

C03 Vous aspirez à intégrer la Fonction publique territoriale en tant que fonctionnaire. Quelles sont vos motivations et en quoi le fait d’être fonctionnaire changera-t-il la donne par rapport à votre situation actuelle d’agent contractuel ?

A05 L’instauration des cycles de 3 à 5 ans a fait profondément évoluer les modalités d’évaluation des élèves. Avec le recul du temps, que pensez-vous de cette réforme, notamment pour les cycles 1 et 2, et plus particuliérement du maintien d’un examen devant jury à la fin de chaque cycle d’étude ? Qu’indique les schémas d’orientation (danse, musique et théâtre) sur ce sujet.

C02 La réforme des rythmes scolaires (2014/2015) a entraîné la mise en place des Temps d’activités périscolaires (TAP) dans beaucoup de communes ou regroupements de communes. En tant que maire de l’une d’entre-elles, je constate que le conservatoire ne participe pas à ces activités. Selon vous, est-ce normal ? Développer l’argumentation en fonction de la réponse (Oui/Non).

C01 Le soutien à la pratique amateur présente sur le territoire d’une collectivité fait-elle partie des missions d’un établissement d’enseignement artistique ? Si oui, quel est ou quel pourrait être votre rôle ou celui de votre conservatoire ? Donnez quelques exemples ?

B02 Pouvez-vous indiquer qui est l’ordonnateur des dépenses dans un EPCI et, au passage, préciser ce qu’est un EPCI ?

B01 Pouvez-vous donner quelques exemples de recettes venant abonder le budget d’une communauté de communes ?

A04 Vous enseignez l’art dramatique, une spécialité récente dans les conservatoires. Selon vous, que peut apporter cette spécialité aux élèves musiciens ? Donnez quelques exemples à l’appui de votre argumentaire.

A03 Les implantations récentes de classes CHAM et CHAD s’effectuent le plus souvent dans des quartiers populaires relevant de la Politique de la ville. Selon vous, quelles en sont les raisons ? Pensez-vous que ce choix soit opportun et quelles problématiques se posent aux établissements qui mettent en œuvre ce dispositif qui date de 1974 ?

A02 Le cours individuel d’instrument occupe une place prédominante dans les différents cursus proposés par les conservatoires depuis très longtemps. D’autres formats pédagogiques qui privilégient l’apprentissage par la pratique collective se développent aujourd’hui. Sans même évoquer la question du coût financier de l’une ou l’autre de ces formules, qu’en pensez-vous sur le plan pédagogique ?

A01 Vous enseignez depuis plusieurs années [votre instrument/une discipline de la danse ou l’art dramatique]. Pourriez-vous indiquer les principaux objectifs d’acquisition que vous souhaiteriez atteindre pour des élèves de fin de cycle 1 ? La question peut être élargie au cycle 2, voire au cycle 3

 


Cet article est mis à disposition selon les termes de la licence http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/deed.fr (Attribution / Pas d’utilisation commerciale / Partage dans les mêmes conditions)

 

  1. Bien que reposant également en partie sur le dossier professionnel.
  2. Document réalisé à la demande des Cefedem Auvergne/Rhône-Alpes et de Normandie
  3. Ce découpage est directement issu des annexes 1 et 2 de l’arrêté du 27 avril 2017 fixant le programme des épreuves des concours d’accès au cadre d’emplois des assistants territoriaux d’enseignement artistique et des assistants territoriaux d’enseignement artistique principal de 2e classe.
  4. Pour information, le collège des fonctionnaires territoriaux est le plus souvent (mais pas nécessairement !) représenté par un enseignant de la discipline (ATEAP de 1ère classe ou PEA)

Laisser un commentaire